Comment devenir manager de transition ?

Le management de transition est une pratique de management qui s’est généralisée. Cette pratique dépasse les seuls grands groupes et couvre la majorité des fonctions executive. La croissance du marché est importante, même si la France reste en retard vis-à-vis des pays anglosaxons. Cette pratique est dans le même temps passionnante, exigeante et contraignante. Cet article vise à redonner des repères sur ce qu’est un manager de transition, les qualités qui permettent de le devenir et les modalités d’accès à ce marché.

 

Quel est le rôle d’un manager de transition ?

Le management de transition consiste à apporter, dans l’urgence, les compétences d’un profil de dirigeant opérationnel, pour accompagner temporairement une situation exceptionnelle.

Urgence : les candidats sont proposés sous quelques jours pour un démarrage immédiat

Temporairement : les missions durent quelques mois (6 à 12 mois généralement)

Situations exceptionnelles :

  • Management de la transformation : amélioration des performances, accélération de croissance, développement international, gestion de crise, restructuring, fusions et acquisition, transformation digitale, management de projets stratégiques, création de fonction…
  • Continuité managériale ou combler une lacune managériale

Le management de transition est une solution pour les entreprises d’améliorer leur performance, et de concréter une transformation rapide et efficace.

 

Être manager de transition n’est pas un métier mais une façon spécifique d’exercer son métier ! Les managers de transition mettent temporairement leurs compétences et leurs expériences au service d’entreprise. Au-delà de la fonction traditionnelle, ils sont des accélérateurs de solutions pour faire évoluer une situation donnée.

 

Quels sont les prérequis pour être manager de transition ?

Cette modalité d’intervention requiert de nombreux prérequis pour faire face à des contextes complexes et incertains.

 

Une réelle expertise fonctionnelle, sectorielle ou technique

Les entreprises font appel à un manager de transition pour mobiliser une expertise dont elles ne disposent pas en interne ou qui n’est pas disponible dans la période. La première de leur attente est de recourir à un haut niveau d’expertise et de compétences managériales. Cette expertise se matérialise par une expérience de 15 à 20 ans comme cadre dirigeant, avec une évolution régulière d’environnement professionnel (entreprise, secteur, situation) qui démontre une bonne capacité d’adaptation, et une expertise du pilotage de la transformation : lean management, fusion acquisition, gestion de crise, remise en performance, retournement…

 

Un leadership responsable et une posture d’humilité

Pour être en capacité de reprendre la direction d’une entreprise au pied levé, souvent dans des contextes difficiles, créer la confiance avec les équipes en mode de travail hybride pour les engager dans un projet de transformation, il faut disposer d’un vrai leadership. Véritable leader de la transformation, le manager de transition doit être doté d’une autorité naturelle lui permettant de faire accepter les réalités, de faire partager une vision et d’accompagner les équipes.

L’entreprise existait avant la mission et existera après la mission. Le manager de transition doit avoir une posture d’humilité, être à l’écoute des collaborateurs et gérer parfaitement sa communication. Ces qualités sont indispensables pour un manager qui intervient temporairement dans une entreprise qu’il ne connait pas.

 

Une dimension très opérationnelle

Un manager de transition doit avoir les deux pieds dans la glaise et la tête dans les étoiles. Il est attendu qu’il soit très opérationnel lors de son intervention tout en conservant en ligne de mire la stratégie. Le manager de transition n’est pas un consultant en stratégie qui formule des préconisations. Il fait le diagnostic, il établit les préconisations et il les implémente.

 

Une expérience dans un environnement international et la maîtrise d’un anglais courant

Les entreprises recherchent des profils en capacité de travailler dans une économie globalisée. Pour cela, la maitrise d’un anglais idéalement courant (une troisième langue est un plus) et une réelle expérience internationale sont recherchées pour accompagner des projets d’envergure internationale.

 

Un profil doté d’une bonne agilité

Il faut être en capacité de s’adapter à la culture du client, comprendre son mode de gouvernance, être en capacité de travailler avec des salariés en remote et de faire collaborer des générations entre elle. Même si la mission est clairement définie au démarrage, elle peut changer radicalement en raison de l’évolution rapide de l’environnement.

 

Un gout du challenge

Les entreprises font généralement appel au management de transition pour gagner en compétitivité. Les interventions du manager de transition s’inscrivent naturellement dans cette quête de performance. Les managers de transition doivent être en capacité d’obtenir des résultats rapidement en identifiant les principaux leviers qu’il peut actionner.

 

Une rapidité de décision et d’exécution

Les entreprises clientes sollicitent un manager de transition pour accélérer un projet de transformation ou pour reprendre le contrôle d’une situation dégradée en urgence. Le manager de transition doit s’intégrer instantanément, se faire une place, comprendre les enjeux souvent dans des contextes critiques. Dès le diagnostic établi, le manager de transition doit être en capacité de rapidement prendre la bonne décision et d’exécuter la roadmap. C’est pour cela que les clients sont à la recherche d’un dirigeant immédiatement opérationnel.

 

Une bonne résistance au stress

Face à la complexité, à la criticité, à l’incertitude et à l’urgence de certaines situations, le manager de transition doit être doté d’une bonne résistance au stress. Grâce à son expertise, au surdimensionnement de son profil et au suivi réalisé par le directeur associé, le manager de transition est parfaitement apte à intervenir dans des contextes anxiogènes.

 

Une capacité à être mobile

Trouver une mission de management de transition nécessite des déplacements au niveau régional, national ou international. La mobilité est un prérequis pour exercer dans le secteur du management de transition.

 

Une stabilité financière

Les missions de management de transition sont rémunératrices. Cependant, elles n’occupent pas un manager toute l’année et il faut être en capacité de gérer les intermissions. De plus, la réforme de l’assurance chômage a acté la dégressivité de l’allocation chômage des cadres à partir du 7° mois d’indemnisation. Avant de s’engager dans le management de transition, il doit par ailleurs vérifier que sa situation financière est assez stable pour pouvoir envisager ce type d’activité.

 

 

A quel âge peut-on devenir manager de transition ?

60% des managers de transition ont entre 50 et 59 ans et l’âge moyen est de 54 ans. Cet âge moyen des intervenants diminue depuis plusieurs années. Dans le secteur du digital, il est possible de trouver des managers de transition qui ont moins de 40 ans et qui sont pourtant senior dans leur fonction.

La séniorité d’un profil sera privilégiée dans un contexte délicat car il disposera d’une plus grande expérience face à un contexte instable et complexe.

L’expérience sera moins prioritaire pour répondre à un besoin lié à une expertise métier particulière.

 

Quels sont les avantages d’être manager de transition ?

  • La liberté : il s’agit du principal « driver » des managers de transition. Sans passé, ni avenir dans une organisation, le manager de transition est dégagé des enjeux « politiques » internes. Il dispose ainsi d’une liberté de parole et d’action, en se focalisant sur la réussite de la mission. Connaissant l’échéance de la fin de la mission, le manager de transition est en capacité de prendre des risques qu’un salarié permanent ne prendrait pas.

 

  • Une rémunération attractive : supérieure à une position permanente, la rémunération moyenne d’un manager de transition oscille entre 120 et 150 k€ brut par an.

 

  • Des résultats rapides : le manager de transition fait bénéficier une entreprise de son expertise et de son expérience. Une mission en mode projet permet de percevoir rapidement le résultat de son action.

 

  • La diversité des challenges : être confronté à un nouveau challenge, à un nouveau secteur d’activité, à une nouvelle organisation sont autant de possibilités de se renouveler, d’apprendre et de se dépasser grâce à la diversité des missions.

 

  • Gérer son temps : le manager de transition a la liberté de prendre plusieurs mois de congés entre deux missions pour réaliser ses projets personnels.

 

Quels sont les inconvénients d’être manager de transition ?

  • La recherche de ses premières missions : toutes les entreprises de management de transition vont privilégier les managers disposant d’une expérience significative en transition pour garantir le succès des missions. Seulement, il faut bien débuter. Aussi, il faut parfois une période de plusieurs mois avant de trouver la première mission.

 

  • La mobilité : véritable contrainte pour certaines personnes, la mobilité est une des caractéristiques du management de transition

 

  • La gestion des intermissions : la contrepartie de la liberté du management de transition est la gestion des périodes d’intercontrats qui peuvent parfois se prolonger.

 

  • L’absence de vision long terme des impacts de son action : certains managers pourraient être frustrés de ne pas voir les résultats sur le long terme des actions qu’ils ont engagé lors d’une mission.

 

Existe-il différentes typologies de managers de transition ?

Il existe deux typologies de manager de transition :

  • La première typologie regroupe les managers qui font de la transition un choix de carrière. Leur choix est assumé et ils ne souhaitent plus vivre les contraintes d’un poste permanent. Ils s’épanouissent pleinement en apportant leur expertise lors de nouveaux challenges dans des univers professionnels nouveaux.
  • La deuxième typologie correspond aux personnes en transition professionnelle. Ces managers vont réaliser plusieurs missions et restent disponibles pour un poste permanent ou la reprise d’entreprise par exemple.

 

Quel statut du manager de transition durant la mission ?

  • Le portage salarial : il s’agit du recours le plus fréquent. Le manager est salarié de l’entreprise de portage qui facture des honoraires à l’entreprise de management de transition. Le portage permet d’intervenir indépendamment sans créer une société.
  • Indépendant : le manager possède sa propre entité juridique qui va lui permettre de facturer ses honoraires à l’entreprise de management de transition
  • Le statut de salarié : le manager de transition est employé de l’entreprise de management de transition soit via un contrat intérimaire, soit via un contrat à durée déterminée

L’entreprise de management de transition reste l’interlocuteur qui va facturer et contractualiser avec le client.

 

Quel est le salaire du manager de transition ?

La rémunération moyenne d’un manager de transition oscille entre 120 et 150 k€ brut par an. La rétribution du manager varie en fonction de son expertise, de son expérience sectorielle, de la durée et de la complexité des missions. La rétribution des managers de transition est bien plus élevée sur certaines fonctions (CEO, CFO, digital), en fonction du périmètre et des enjeux.

 

Comment trouver sa première mission de management de transition ?

Plusieurs options existent pour trouver sa première mission.

Première option : vous pouvez faire référencer votre profil auprès des entreprises de management de transition auprès desquelles une équipe est dédiée pour les nouveaux managers de transition. L’entreprise de management de transition identifie des missions potentielles pour vous, vous accompagne lors de la présentation au client et assure un suivi pour le bon déroulement de la mission. Vous pourrez ainsi bénéficier de leur expérience et avoir une plan grande visibilité sur le marché.

Deuxième option : vous pouvez répondre aux offres de mission publiées par certaines entreprises de management de transition

Troisième option : vous pouvez trouver une mission par vous-même si vous disposez d’un réseau professionnel bien établi. Vous réalisez vous-même votre prospection en activant votre réseau. Cependant, cette approche a une limite, les grands Groupes sélectionnent des entreprises de management de transition en amont et ils ne confient plus de missions directement à des indépendants. Pour éviter cet écueil, se tourner vers une entreprise de management de transition dont l’expertise est reconnue sur le marché apporte des garanties au client.

Quatrième option : vous pouvez trouver des missions par les associations d’anciens élèves et des réseaux professionnels

Cinquième option : vous pouvez vous inscrire sur les plateformes digitales d’intermédiation pour les freelances si vous êtes à la recherche de fonctions de middle management. Pour le management de transition « premium », les entreprises restent dans l’attente d’une approche plus qualitative où la compréhension du client, de ses attentes et la connaissance des profils et de leur posture demeurent essentielle.

Inscrivez-vous à notre newsletter pour suivre toute notre actualité relative au management de transition ou contactez-nous pour plus d’information.

Sur le même sujet